• Au regard du contexte actuel caractérisé par des pressions incessantes auprès des salariés (convocations, courriers, ruptures conventionnelles et licenciements), notre syndicat a interpellé notre Direction Générale, par cette déclaration en CCE, afin de faire cesser au plus vite, ces pratiques managériales agressives, et d’instaurer, sur tous les établissements, un management bienveillant.


  • Audit en cours sur le Val Rosay Comme notre syndicat en avait fait la demande, nous avons été reçu le vendredi 8 décembre dans le cadre de l’audit diligenté par la CNAMTS, sur le Val Rosay. Cet échange nous a permis de faire part de nos analyses et expertises notamment sur le dialogue social, le management et sur certaines organisations de travail ou de dysfonctionnements majeurs. Bien entendu, nous avons abordé le point sensible que nous savons être l’objet de menaces, notre temps de travail ! A ce sujet, notre syndicat a rappelé l’origine de notre accord local, issu du regroupement et de la fermeture de 4 établissements, et donc toutes les contraintes induites vécues par les salariés notamment en temps et frais de trajet. La CGT s’opposera à la remise en cause de cet accord.

    Les échanges ont été intéressants, il était capital pour la CGT d’apporter la vision des salariés sur la vie et le fonctionnement de l’établissement via une délégation des représentants du personnel. Notre interlocuteur nous a promis de nous revoir pour une restitution. Par contre malgré nos demandes répétées, nous sommes toujours dans l’attente des conclusions du précédent audit, réalisé par EQR !!!


  • Après deux licenciements cet été, l'un pour insuffisance professionnelle auprès d'un salarié présent depuis une dizaineEt encore un licenciement à l'UGECAM Rhône-Alpes ! d'années et un autre alors que le conseil de discipline régional s'était prononcé contre, aujourd'hui c’est une salariée en poste depuis plus de 35 ans sur La Buissonnière qui est licenciée pour faute et négligence !

    Ce dernier licenciement, d’une salariée en difficulté, est tout simplement inadmissible dans une institution comme la nôtre, qui doit encore porter et défendre certaines valeurs. Comment concevoir que notre employeur tienne d’un côté un discours sur la bien-traitrance, la qualité de vie au travail... et d’un autre adopte des mesures salariales d’une telle violence ! Aujourd’hui, c’est tous les salariés qui sont fragilisés. La CGT dénonce et condamne fermement cette dérive qui fait du licenciement un simple outil de management.


  • La tension monte d’un cran sur « La Maisonnée » !L’ensemble des soignants d’un service de l’établissement avait alerté par courrier, leur direction et la direction générale, au sujet de diverses problématiques liées à des organisations de travail et de rapport avec la hiérarchie, en demandant l’ouverture d’une concertation afin que les débats puissent faire émerger des explications et des solutions pour retrouver une certaine sérénité. La direction a répondu par un écrit qui n’appelle pas à l’apaisement et les mesures d’intimidation se poursuivent, avec en plus une stigmatisation de cette équipe. 

    Difficile de comprendre la stratégie de la direction, qui préfère jeter de l’huile sur le feu, plutôt que de trouver des solutions d’apaisement. Face à ce dur constat, la CGT vient d’interpeller la direction de l’établissement et la direction générale, pour demander un changement de méthode, notamment avec la mise en place d’un management bienveillant, pour renouer le dialogue et sortir de cette situation de blocage.


  • Ordonnances Macron/MEDEF : Les prestations CE menacées...Par un tour de passe-passe rédactionnel, le gouvernement tente de donner aux employeurs la possibilité de réduire le budget des activités sociales et culturelles (et donc des prestations du Comité d'Entreprise), par la remise en cause du principe des dotations CE égales au meilleur montant des 3 dernières années. Cette attaque s’ajoute à une encore plus grave : le changement d’assiette servant au calcul du budget du CE, en ne comptabilisant pas certaines indemnités.

    Et encore un effet néfaste de cette loi travail... La CGT défendra le maintien des modalités actuelles de calcul des budgets des CE.


  • Relaxe pour la lanceuse d’alerte Céline Boussié AMP de 2003 à 2008 à l’IME de Moussaron dans le Gers, Céline Boussié était poursuivie pour diffamation par son employeur pour avoir dénoncé les maltraitances institutionnelles dont elle était témoin sur les enfants polyhandicapés accueillis dans l’établissement. En 1995, puis en 1999, trois autres salariés avaient dénoncé les mêmes faits, et avaient été poursuivis, puis condamnés pour diffamation.  Les faits étaient donc connus depuis de nombreuses années, mais la direction de l’IME, forte de l’inertie dont elle profitait, a donc poursuivi Céline Boussié, comme elle l’avait fait auparavant avec les autres salariés.

    Cette fois, la justice a enfin reconnu les faits et blanchi Céline Boussié de toute accusation en diffamation. Entourée de son comité de soutien, du syndicat CGT et de ses proches, ovationnée et très émue, elle a exprimé une pensée pour les lanceurs d'alerte de Moussaron injustement condamnés. La CGT souhaite que ce jugement fasse jurisprudence et garantisse la protection des lanceurs d’alerte. 


  • Depuis plus d'une semaine une équipe soignante de l'établissement  est confrontée à une situation compliquée : agressive sur Vive tension sur La Maisonnée, les salariés en colère ...le plan managériale (convocation arbitraire de salarié) et déstabilisante sur le plan professionnel par des injonctions paradoxales. En question, de nouvelles directives, sans information préalable, sans concertation avec les professionnels et sans prise en compte des réalités de terrain et des inquiétudes des uns et des autres. Face à ce contexte et l’absence de dialogue et d'écoute de la direction, les salariés lui ont adressé un courrier avec copie à la Direction Générale pour qu’une large concertation s’ouvre à ce sujet. 

    La CGT déplore qu’encore une fois, dans notre UGECAM, c’est le déficit de dialogue et certaines méthodes de management qui sont responsables de telles situations de tension. 


  • Vous n'avez pas obtenu de points de compétence depuis 3 ans ou plus...Les salariés bénéficiaires de points de compétence vont en être informés à partir de cette semaine, par courrier généralement délivré par leur cadre. Il sont attribués en date du 1er octobre, et figureront avec une régularisation sur la paye de novembre.

    Comme chaque année, la campagne d'attribution va s'accompagner d'interrogation, de mécontentement et même de colère.  Certains salariés vont se questionner sur les raisons d'une non attribution et auront besoin d'avoir des réponses objectives et argumentées. Selon l'article 7 du  protocole d'accord relatif au dispositif de rémunération et de classification des emplois du 30 novembre 2004, tout salarié n'ayant pas bénéficié de points de compétence pendant trois ans consécutifs ou plus, peut demander un examen personnalisé de sa situation. Pour cela il convient d'adresser un courrier à la direction de l'établissement. En voici un exemple dans le lien suivant : « courrier non attribution points de compétence.pdf »


  • La délivrance annuelle des points de compétence entraine inévitablement son lot de mécontentement, de questionnementAttribution des points de compétence : vers un échec des négociations ! voir de colère quant aux règles d'attribution. Beaucoup de salariés soupçonnent une politique salariale injuste. Devant un tel constat,  notre syndicat, suite à un débat avec l'ensemble de nos adhérents lors du congrès annuel de mai 2017, a travaillé sur ce sujet et élaboré une proposition des modalités d’attribution, afin de mettre en place un système juste et transparent (proposition CGT). Nous avons donc demandé l'ouverture d'une négociation à ce sujet.

    Après une première réunion de concertation où nous avons pu développer nos arguments, lors de la 2ème réunion, la direction nous remet un projet... Stupéfaction et incompréhension, manifestement elle n'est pas à la recherche d'un accord : elle propose de réserver pour les salariés n’ayant pas obtenu de points depuis 3 ans ou plus, une part étonnamment basse (20%) sur l’enveloppe globale des points délivrés. La CGT a dénoncé cette proposition totalement déséquilibrée, qui va conforter le sentiment d'injustice, qui s'avère bien réel, car freinant de fait l’évolution générale de tous les salariés.

    Si ce projet inacceptable pour la CGT clôt le débat et signe l'échec des négociations, il a le mérite de nous dévoiler les fondements de la politique de rémunération sur notre UGECAM : Rétribuer quelques uns au détriment d’une majorité.


  • Les points de compétence sont délivrés chaque année selon les modalités prévus dans le protocole d'accord relatif au dispositif de rémunération et de classification des emplois du 30 novembre 2004 :

    Télécharger « Protocole d'accord relatif au dispositif de rémunération et de classification des emplois.pdf »

    Tout salarié n'ayant pas bénéficié de points de compétence depuis trois ans consécutifs ou plus, peut demander, selon l'article 7 du protocole pré-cité, un examen personnalisé de sa situation. Pour cela il convient d'adresser un courrier en en faisant la demande à la direction de l'établissement. Exemple de courrier :

    Télécharger « courrier suite à non attribution points de compétence.pdf »



  • Danger sur les retraites complémentaires   Une négociation s’ouvre sur les dispositifs et le règlement concernant le nouveau régime unifié qui va se substituer aux régimes complémentaires Agirc et Arcco, à partir du 1 janvier 2019. Du jamais vu : les règles de fonctionnement et de gestion prévoient de moduler la valeur de service du point. Les cotisations sont définies, mais pas les pensions ! En somme, nous allons cotiser sans connaître au final la valeur de nos pensions futures. Le régime unifié sera doté d’un sytème qui lui donnera toute latitude pour moduler le niveau des pensions. Ce système concerne aussi bien les futurs que les actuels retraités. Concrètement ces nouvelles mesures conduiraient à une baisse du niveau de pension de 9% en quinze ans (sans tenir compte de l’inflation).

    Il apparaît clairement que gouvernement a décidé de mettre à mal tout notre système de retraite et de protection sociale. Il fait le choix de faire peser les sacrifices sur les salariés, les retraités, les privés d’emploi, les précaires... Il est temps de nous mobiliser pour combattre l’injustice sociale, défendre nos droits et notre protection sociale : le 16 novembre tous mobilisés !!!


  • Cela faisait plusieurs mois que le syndicat CGT de la clinique de l’Europe (Rouen) dénonçait un management autoritaire et malveillantVictoire à la clinique de l’Europe... , à l’origine d’une sérieuse dégradation des conditions de travail avec 16% d’arrêt-maladie.

    Face à l’inertie de la Direction, les salariés se sont mis en grève, ce qui a permis d’ouvrir des négociations qui ont abouti à l’obtention de postes supplémentaires (IDE et ASD), l'arrêt de l’externalisation des ASH, le remplacement du personnel absent et une évaluation quotidienne de la charge de travail. Nous saluons la détermination et la mobilisation du personnel. 


  • Un nouvel audit sur le Val rosay !! ... et sur la Maisonnée ..A la demande de la CNAM, deux audits vont se dérouler sur notre UGECAM : l'un sur le Val Rosay qui a débuté fin octobre et un autre sur la Maisonnée prévu plus tard. Il s'agit d'audit financier et organisationnel.

    Petit rappel : Entre fin 2015 et début 2016, nous avons déjà connu un audit sur le Val Rosay , dont nous n'avons jamais obtenu, malgré nos demandes répétées une restitution, nous l'avions d'ailleurs renommé "l'audit fantôme" ! Par contre nous en avions dénoncé le coût qui celui-ci était bien réel et n'a pas manqué d’alimenter notre déficit... Aujourd'hui nous demandons que des représentants du personnel soient audités ainsi que des groupes de salariés, de même qu’une copie du précédent audit nous soit transmise. Les salariés sont en droit de savoir et de faire part de leur expertise.


  • Réunis en intersyndicale le 24 octobre, les organisations syndicales de salariés et d’étudiants CGT, FO, Solidaires, UNEF, UNL et FIDL font le constat que la politique actuellement menéevise à accroître les inégalités au profit d’une minorité. Elles ciblent en particulier de nombreuses dispositions inacceptables des ordonnances, les réformes à venir sur l’assurance chômage, la formation professionnelle, l’augmentation de la CSG ...  Elles appellent à une mobilisation le 16 novembre pour la défense de nos droits et de notre protection sociale.


  • Les vacances scolaires de cette fin d'année étant égalitairement réparties sur 2017 et 2018, pour permettreSolde des congés à géométrie variable dans notre UGECAM à chaque salarié de bénéficier de congés durant cette période, et un étalement des absences, certains établissements ont autorisé la prise des CA jusqu'au 7 janvier, et d'autres imposé le solde au 31 décembre ! Cette injonction crée de fait une iniquité entre salariés, certains se voyant dans l'obligation de débuter l'année avec une soustraction de leur congés sur 2018.

    Nous avons interrogé le service RH de l'UGECAM à ce sujet en demandant une possibilité de report du solde des congés jusqu'au 7 janvier pour tous. Sans succès, la décision a été laissée à la discrétion de chaque direction d'établissement. A l’heure où l'on nous parle d'harmoniser les pratiques, nous avons du mal à comprendre cette position !






    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires