• Plan Santé : dépourvu d’ambition et de véritables moyensAu delà des déclarations d’intentions, ce que propose le président de la République ne répond en rien aux besoins d’une restructuration de notre système de santé. À nouveau, il n’entend pas les revendications des personnels de santé et les exigences aux besoins de santé de la population. Aucun moyen financier, ou si peu n’accompagne ce plan.

    Pour la CGT, une politique globale de santé exige d’autres réponses reposant sur : l’amélioration des conditions de travail des professionnels, nécessitant un plan massif de création d’emplois et de formations - l’impératif de rompre avec les logiques de fusion et de coopération entre les établissements qui sont, en fait, une mise en concurrence du service public et du privé qui aboutit à la fermeture de nombreux services - la création et le développement de centres de santé et d’hôpitaux de proximité - de véritables moyens pour les Epahd ...

    D’autres politiques sont possibles, l’argent ne manque pas, mais il ne va pas au bon endroit ! Pour l’accès à la santé pour tous et la défense de notre modèle social, signe de progrès, la CGT appelle à se mobiliser le 9 octobre prochain.


  • « On met un pognon de dingue dans les minima sociaux et les gens ne s’en sortent pas... Il faut responsabiliser les gens pour qu’ilsTous en grève et en mouvement le 9 octobre sortent de la pauvreté. »  Ce sont les propos tenus par Emmanuel Macron, sans dire comment on permettait aux gens de sortir de la pauvreté et cela tout en conduisant une politique antisociale qui fait la part belle aux plus riches. Télécharger « communiqué plan pauvreté.pdf »

    En cette rentrée, les attaques contre notre modèle social (retraite, sécurité sociale, santé...), contre le pouvoir d’achat des actifs et retraités, contre les plus faibles (le RSA est à nouveau dans le collimateur)... vont s’accélérer. Après le détricotage du code du travail, c’est tout notre système de protection social qui est en danger. Il est temps de réagir.. Pour stopper ces politiques antisociales tous en grève et en mouvement le 9 octobre !


  • Interview de Denis Lalys (secrétaire général - fédération CGT du personnel des organismes sociaux) :

    «  Le gouvernement est en train de faire tomber l’édifice de notre système social »

    http://www.radiomonpais.fr.interviewdenislalys.html


  • Depuis quelques mois, plusieurs cadres ont quitté notre UGECAM (directions d'établissements, adjoint de direction, cadres deDépart de cadres en série à l'UGECAM-RA santé, cadres de proximité, médecins...), suite à des démissions, des ruptures conventionnelles et plusieurs burn-out. Cette accélération des départs ne peut que nous interroger sur les causes qui poussent autant de cadres à partir : problèmes internes à certains établissements, fonctionnement global de notre UGECAM, problème d'écoute et de dialogue (rappelons que notre syndicat a déjà lancé de nombreuses alertes sur les difficultés rencontrées par les cadres, notamment de proximité)...

    Cette succession de départs est inquiétante, elle fragilise nos établissements, par toutes les problématiques liées à un turn-over trop important (notamment au niveau du suivi des dossiers et des projets) mais aussi par une perte évidente de compétence.


  • Retraites en danger !Macron veut détruire notre système de retraites ! Il veut passer d'un système solidaire et universel à une retraite par points. Les conséquences seront lourdes : fin de l'âge légal de départ en retraite, montant de la pension retraite calculé sur toute la carrière, baisse des pensions en instaurant un système par point, danger sur les pensions de réversion...

    Télécharger tract CGT.pdf

    D'autres choix sont possibles ! Les revendications de la CGT :

    • Retraite basée sur la répartition et les fondamentaux de la sécurité sociale
    • Retraite à 60 ans
    • Pensions calculées sur la base des 10 meilleures années et/ou 75% du dernier salaire brut
    • Pensions indexées sur l’inflation

  • Menaces sur la fonction ASH à l'UGECAM Rhône-AlpesUne externalisation rampante, mais bien réelle, des fonctions ASH est à l’œuvre dans notre UGECAM. Elle a déjà débuté sur certains établissements, La Maisonnée et l'IME Les Sources. Aujourd'hui une réflexion est en cours sur le Val Rosay au niveau de certaines missions ASH.

    La CGT s'est déjà largement exprimée en condamnant toutes formes d'externalisations qui de plus n'ont jamais fait preuve d'économie mais par contre d'une baisse de qualité évidente et d'une violence salariale auprès des agents concernés. L'externalisation des cuisines en est l'exemple frappant, si bien que les différentes directions générales successives de notre UGECAM avaient abandonné tout projet d'externalisation. Malheureusement repris aujourd’hui !


  • Injustice, Injustice criante et inacceptable... Depuis quelques mois, plusieurs salariés, essentiellement des cadres (voir même  des directionRuptures conventionnelles à geométrie variable à l'UGECAM-RAs d'établissements ou adjoint de direction) ont obtenu des ruptures conventionnelles, alors même que des salariés de base demandeurs se sont vus signifier des refus, parfois même sans avoir été reçus, par simple réception d'une lettre type. Cette différence de traitement entre salariés est choquante et démontre le peu d'intérêt et de reconnaissance que portent nos directions envers les professionnels de base.

    La CGT est intervenue à plusieurs reprises (lors de CE ou CCE), pour le dénoncer et demander une politique juste et transparente au niveau des ruptures conventionnelles. Sans succès... Manifestement une telle injustice ne choque pas nos directions, par contre les salariés sont en colère et ne la supportent plus. Une des conséquences grave de cette politique salariale à géométrie variable est l'obstruction au développement professionnel, notamment au niveau des ASD devant intégrer une école d'IDE.


  • Nasser Mansouri Guiliani (économiste) et Pascal Debay (responsable national de la CGT)) nous expliquent, dans cette Augmenter les salaires pour sortir de la crise interview de quelques minutes, pourquoi et comment la crise se nourrit des politiques de bas salaires menées par les entreprises et le gouvernement.

    Et comment, pour sortir de la crise, il est vital d'augmenter les salaires pour redonner du souffle à l’économie :  

    interview expression directe cgt france.mp3


  • Inscription à l'ordre :La CGT ne désarme pas !Le décret concernant l'inscription automatique à l'Ordre National des Infirmier.e.s (ONI) a été publié le 12 juillet 2018 et est entré en vigueur le 13 juillet 2018, rendant de fait la cotisation obligatoire. La CGT rappelle son opposition totale aux lois portant création des ordres paramédicaux. Alors que tous les indicateurs sont au rouge : effectifs insuffisants, conditions de travail dégradées, service en sur-occupation, salaires inadaptés... le gouvernement en rajoute une couche, en pleine période estivale, en publiant ce décret. Face à toutes ces situations dramatiques vécues et dénoncées par les salarié.e.s du privé comme du public, la réponse attendue n'est pas celle-là !

    Il n'y a aucun avantage à adhérer à un Ordre. L'ONI, en particulier, a largement fait preuve de son inutilité sur les questions de la reconnaissance de la pénibilité, sur l'amélioration des conditions de travail et sur la baisse drastique des effectifs dans les services. En revanche, il sera bien utile à la ministre de la santé pour imposer sa politique et tenter de museler les revendications à l'heure où les mouvements de grève se multiplient. La ministre ne veut que des infirmières.e.s aux ordres ! Tou.te.s ensemble, continuons la lutte !       Télécharger  "tract-CGT" .pdf »



  • Suite à une interféderale, plusieurs  syndicats de salariés de la Sécurite Sociale (CGT-Sud-FO-CFTC-CGC) ont dans l’unité convenu qu’il Intersyndicale : une rentrée combative dans la Sécu...était urgent de se mobiliser pour contrer et s’opposer aux orientations d’austérité portées par les COG et les CPG à venir, dont le personnel de l’institution est la première victime. Ces Fédérations ont demandé une rencontre auprès de la ministre des solidarités et de la santé  (Télécharger « lettre ministère.pdf ») et conviennent qu’il est urgent de mobiliser les salariés dans l’optique d’une journée nationale de grève de la sécurité sociale à la rentrée pour  :

    • L’arrêt des suppressions d’emplois
    • Des embauches en CDI
    • L’augmentation générale des salaires
    • Le respect et le maintien de nos droits conventionnels
    • L’arrêt des restructurations, fusions, mutualisations...

  • La tarification à l'acte gagne le secteur de la prise en charge de la personne handicapée, par une réforme du financement des établissements médico-sociaux. Ce projet nommé SERAFIN-PH a pour objectif de proposer un nouveau dispositif d'allocation des ressources aux établissements d'accueil calquée sur la tarification à l'activité (T2A ou la DMA) dans le secteur sanitaire. Petite BD explicative :

    L'effondrement de notre système de santé a été accéléré par la mise en concurrence de la tarification à l'acte. La CGT s'oppose fermement à ce projet, un nouvel outil financier au service du  démantèlement du secteur médico-social !


  • Toujours plus de précarité à l'UGECAM Rhône-Alpes !La précarité en mode de gestion du personnel sur notre UGECAM...

    • Multiplication des emplois à temps partiels subis : 12 aides soignantes, en CDI à mi-temps, sur l'établissement du Plovier, la CGT n'a cessé de dénoncer la précarité de ces salariés qui s'est installée au fil des années. Malgré nos interventions,  les directions successives n'ont toujours pas pu la corriger, se retranchant sur les responsabilités de leurs prédécesseurs. Mais cette semaine débute sur l'établissement de la Maisonnée, une nouvelle organisation de travail qui impose 4 mi-temps d'infirmier.e.s,. La CGT, dans toutes les instances (DP, CE, CHSCT et CCE), a dénoncé la mise en place de ces nouveaux emplois à temps partiels subis ... En vain...
    • Des CDD au long cours :  salariés en CDD depuis des années,  contrats de travail et avenants à répétition... voilà l'insécurité professionnelle vécue au quotidien par des dizaines d'agents dans notre UGECAM. Notre syndicat, afin de réduire cet abus de précarité, propose depuis déjà plusieurs année la mise en place de pools de remplacement, notamment sur le Val Rosay ... En vain...

    Il est temps de faire cesser cette précarité, qui au lieu d'être maitrisée, ne cesse de s'accentuer.


  • La fin de la Sécurité Sociale solidaire et universelle est désormais programmée. Remplacer dans La fin de la Sécurite Sociale programmée...plusieurs articles de notre Constitution le terme Sécurite Sociale par celui de Protection Sociale peut paraître innocent, mais c’est tout le contraire ! Cette transformation adoptée lors de l’examen en commission des lois du « projet de loi constitutionnelle pour une démocratie plus représentative, responsable et efficace », loin d’être anodine, aura de très graves répercussions sur l’ensemble des droits qui ne seront plus garantis. La Sécurité Sociale impose la notion de redistribution, pas la protection Sociale ! Cela prépare à la remise en cause du financement de la maladie, mais aussi du chômage, des retraites...

    Cette réforme constitutionnelle est prévue pour avril 2019, en attendant nous devons tout mettre en œuvre pour que cet amendement soit supprimé, la CGT agit pour la reconquête  de la Sécurité Sociale, c’est un choix qui appel à l’intervention et à la mobilisation de tous. Pour comprendre les logiques qui sont à l’œuvre et montrer les effets d’une telle réforme :  Télécharger « Communiqué CGT - Réforme constitutionnelle.pdf 


  • 1er bilan du comité d'évaluation des ordonnances MacronDans le document de synthèse du 1er bilan d’évaluation des ordonnances Macron il ressort que les mesures les plus connues sont celles relatives à la rupture des contrats de travail tels que les licenciements (plafonnement des indemnités en cas de licenciement abusif et formalités simplifiées) et les ruptures conventionnelles collectives. Dans le même sens le comité relève que les DRH "sont peu nombreux à considérer que les ordonnances permettent de recruter plus facilement, mais largement majoritaires pour dire qu'elles simplifient les procédures de licenciement". Tout est dit. Comme la CGT l'affirme depuis le départ, le principal objet des ordonnances consiste bien à faciliter les licenciements. Mais cette fois, ce sont les dirigeants d’entreprises et les DRH qui le reconnaissent !

    Le comité d'évaluation poursuit en constatant qu'à une forte majorité les "dirigeants n'envisagent pas de recourir plus souvent à la négociation". Ce premier bilan confirme que les ordonnances Macron visent bien à faciliter les licenciements et que le développement du dialogue social n'était qu'un prétexte.


  • Après avoir interpellé, en vain, la direction de l’hôpital de Toulouse avec  un clip qui détournait le "Basique " d'Orelsan  (plus de 5 millions de vues sur Facebook), la CGT a donc décidé de remettre ça et d'aller frapper plus haut, elle s'adresse directement à Emmanuel Macron, dans deux versions d'un nouveau clip débutant par "Ca va Manu", allusion au recadrage du président sur un ado... Si le premier clip comptait une trentaine de personnes, 150 soignants sont dans le second : "une vidéo simple", disent-ils avec ironie à Emmanuel Macron, "qui coûte un pognon de dingue" ! "L'idée, c'est de lancer des SOS humain dans tous les établissements, afin de se faire entendre, pour défendre la qualité des soins et notre système de santé".


  • Avec 2 millions de vues en 24h sur Facebook, la CGT du CHU de Toulouse crée le buzz avec son clip de revendication inspiré du "Basique" d'OrelSan.


  • Une refonte globale des roulements et plannings des professionnels du secteur adulte est en préparation depuis plusieursLe Plovier : les plannings en question ... mois, du fait de disparités et inégalités de traitement entre les salariés, et une précarité pour de nombreux salariés par des temps partiels subis. Cependant, les plannings proposés à ce jour imposent des rythmes de travail insoutenables. La CGT est déjà intervenue en proposant de modifier le temps de travail quotidien afin de positionner des repos supplémentaires sur le cycle... en vain ... Nous n'avons pas été entendu !

    Devant cette impasse, les organisations syndicales ont proposé une pétition afin que les salariés puissent émettre leur avis : pour ou contre avec la possibilité d'argumenter. Plus de 95% des professionnels se sont prononcés contre la mise en place des plannings en soulignant la pénibilité, la qualité des prises en charge... La CGT est à nouveau largement intervenue lors du CCE du 14 juin pour alerter sur les risques  notamment sur la santé des salariés et regretter le manque d'écoute lors de la dernière phase de concertation. Suite au CE du 15 juin, il a été décidé de reprendre le dialogue avec un groupe de professionnels.


  • Réclamer une hausse des salaires, surréalistes ?Lors de la réunion paritaire nationale sur les salaires du 19 juin à l’UCANSS, la CGT revendiquera :

    • Une augmentation de la valeur du point à 10 euros
    • Un salaire d’embauche à 2000 euros brut (qui correspond à l’evolution Positive de l’écart ente le SMIC et le salaire d’entrée dans la Sécu)
    • La transformation de la prime d’intéressement en un demi-mois de salaire pérenne 
    • Une classification qui permette un vrai déroulement de carrière...

    Lors de la séance, la CGT  démontrera que nos propositions sont loin d’être surréalistes :  Télécharger « tract salaire juin 2018.pdf »


  • Le Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie (HCAAM) veut multiplier les hôpitaux de proximité !... 

    AlorsBig Bang dans le monde de la santé !  que le gouvernement poursuit les politiques sanitaires qui visent aux regroupements des hôpitaux dans des regroupements hospitaliers de territoires (GHT), le Haut Conseil pour l’Avenir de l’Assurance Maladie devrait rendre à l'exécutif un rapport détonant sur l’aménagement sanitaire. Il préconise, à contrario de la tendance actuelle, de créer 600 établissements de santé de proximité. Une critique et une remise en question  des politiques sanitaires successives, qui ont déstructuré notre système de santé par la fermeture de lits et d’établissements de proximité. Ce rapport formule également diverses propositions au niveau de le formation et de la coopération des professionnels de santé dans les territoires. Vous trouverez également un article, publié par Libération le 6 juin, dans la rubrique « À lire dans la presse ».


  • Audit réalisé essentiellement selon la méthode du "Benchmarking", qui consiste en une étude  comparative de données chiffrées, sans prendre connaissance des réalités de terrain ni de l'expertise des professionnels. Quand les chiffres prennent le pouvoir : "Gouverner par les nombres, échecs et maths"  petit film à visionner :

     


  • Management : "Entreprise autrement dite aussi Entreprise libérée"Depuis quelque temps, un nouveau modèle de management s'instaure. Appelé "Entreprise autrement" ou "Entreprise libérée", il consiste en une organisation des salariés à se gérer collectivement. La CNAM l'expérimente actuellement sur plusieurs CPAM (Rhône et Loire-Atlantique). Cela peut apparaitre intéressant et valorisant pour les salariés d'être responsable collectivement de leur travail, mais il convient d'être vigilant car cela peut également permettre de supprimer des postes, notamment d'encadrement, et de rémunérer à moindre coût certaines responsabilités. Expérimentation à suivre ....

    Vous trouverez dans le lien suivant un article de presse sur cette expérimentation à la CPAM de Loire-Atlantique : Télécharger « ENTREPRISE-LIBEREE-Article_CPAM-44-1.pdf »


  • Documentaire de la CGT sur mai 68, réalisé par Thierry Mennessier.


  • La CGT appelle à une large mobilisation le 26 mai. Il s’agit de rassembler la jeunesse, les retraités, les salariés en emploi et hors 26 mai : mobilisation pour l’égalité, la justice sociale et la solidaritéde l’emploi, les précaires ainsi que toutes celles et ceux qui, solidaires des luttes en cours, ne sont pas encore engagés dans l’action. Des initiatives diverses seront organisées localement, pour permettre au plus grand nombre d’y participer.

    Partout, la CGT, compte tenu de l’urgence sociale, appelle à « une marée populaire pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité » qui doit déferler pour imposer d’autres choix économiques et sociaux. 

    La marée populaire près de chez vous :

    • Lyon : 11h Quais du Rhône (Guillotière)
    • Saint Étienne : 10h30 nouvelle CAF
    • Chambery :  10h30 place de l’Hôtel de Ville
    • Biollay : 12h La Rotonde
    • Grenoble : 10h place de la Gare
    • Valence : 14h gare/champ de mars

  • Sortie aujourd’hui du dernier numéro de notre journal « CGT Info », diffusé également en version papier dans tous les établissements.


  • Le congrès  annuel de notre syndicat s’est tenu le mardi 15 mai, à la bourse du travail de Lyon. Plus de 100 salariés (employés et cadres) de notre UGECAM, issus de la plupart des établissements, et pour la première fois de l’Isère, étaient présents. Cette participation record (environ la moitié de nos adhérents) est le fruit d’un fort taux de syndicalisation sur l’année 2017. La journée a été riche en échanges et débats mais aussi ponctuée de moments de convivialité.

    L’avenir de notre UGECAM, le dialogue social, les négociations nationales et locales... ont fait partie des sujets discutés durant la journée. Les diverses interventions ont toutes fait état, quelque soit  l’établissement, d’un problème récurrent de sous-effectif, du non remplacement des absences et du manque de considération de nos directions. Considération qui passe aussi par la reconnaissance salariale, et donc d’une politique juste et transparente d’attribution de points de compétence. A ce sujet, tous les participants se sont prononcés pour le maintien de notre proposition sur les modalités d’attribution des points de compétence, permettant une équité de traitement et de reconnaissance de tous les salariés. Tous nos adhérents ont souligné l’importance de se rassembler, de rejoindre la CGT, pour collectivement s’emparer de notre avenir, être force de proposition, plutôt que de se résigner et subir.



  • France Info a rencontré  le Professeur Bernard Granger qui soulève les problèmes du système de santé français.


  • Dans une lettre adressée au Président de la République, cinq centrales syndicales, dont la CGT (courrier.pdf ), demandent au Président de la République, de ne pas bloquer une directive européenne visant à améliorer l'indemnisation des congés Equilibre vie privée/vie professionnelle : des paroles et des actes ...parentaux mais aussi des "aidants".  Première brique proposée par la Commission Européenne pour construire le «pilier des droits sociaux», la proposition est «déterminante pour garantir l’autonomie économique des femmes, leur égal accès au marché du travail et un autre partage des tâches». Problème : Emmanuel Macron qui voulait, il y a quelques mois, «faire de l’égalité entre les femmes et les hommes une grande cause nationale, se montre bien frileux. Si elle est adoptée, la nouvelle directive renforcera les droits dans de nombreux États membres : le congé de paternité payé de 10 jours serait une nouveauté en Allemagne, en Autriche, à Chypre, en Croatie, en République tchèque et en Slovaquie ; le congé parental de 4 mois payé au niveau des indemnités de maladie  améliorerait les droits en Bulgarie, en Irlande, en Italie, aux Pays-Bas en France et au Royaume-Uni ; le congé payé de 5 jours par an pour les aidants proches rendrait la vie plus facile aux travailleuses et aux travailleurs qui prennent soin de parents dépendants dans des pays comme la France, Malte et la Roumanie.

    Devant le Parlement européen, le 17 avril, Emmanuel Macron n’a pas caché ses réserves, en déclarant qu’il «approuvait totalement le principe», mais qu’il s’agissait d’une «belle idée qui peut coûter très cher et finir par être insoutenable». Les syndicats rappellent au Président de la République de mettre en adéquation ses paroles avec ses actes en soutenant cette directive sur l'équilibre vie professionnelle / vie privée.


  • Film à voir : « Vent du Nord »Des fictions sociales, il y en a peu, « Vent du Nord » en fait partie.

    L’histoire se déroule dans le nord de la France et dans la banlieue de Tunis. Nord de la France, l’usine d’Hervé est délocalisée. Il est le seul ouvrier à s’y résigner car il poursuit un autre destin, devenir pêcheur et transmettre cette passion à son fils. Banlieue de Tunis, l’usine de Foued est relocalisée. Foued, au chômage, pense y trouver le moyen de soigner sa mère, et surtout de séduire la fille qu’il aime. Les trajectoires d’Hervé et de Foued se ressemblent et se répondent. De part et d’autre de la Méditerranée, l’auteur chronique les heurs et malheurs de la classe ouvrière mondialisée. 





    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique